À New York en 1977, Bion avait suggéré que soit rédigé un livre intitulé « L‘interprétation des faits ». Les « faits » y auraient été traduits en langue des rêves afin de parvenir  à une « circulation à double sens » avec L’interprétation des rêves (où les rêves sont traduits en faits).

          Le séminaire « Bion in Marrakech » entend établir cette circulation à double sens entre les analystes internationaux, individus et groupes, s’exprimant en anglais ou en français; entre nos orientations scientifiques et nos contributions imaginaires; et aussi, littéralement, entre Marrakech où s’est tenu  le premier séminaire  en 2013, et Marseille où le séminaire se tient désormais (le titre initial «Bion in Marrakech» a été conservé pour transmettre le désir d’un débat en terrain neutre). En l’occurrence, Marrakech reste un « ailleurs » imaginaire et la matrice d’un rêve fait de désirs et de craintes évoquant Le città invisibili d’Italo Calvino (« Villes invisibles« ).

            Le séminaire est une réunion internationale auto-financée, limitée à 50-60 personnes. Contrairement aux grandes rencontres, il est attendu des personnes qui voudront s’y inscrire une participation à l’intégralité des travaux, y compris la session de clôture, afin que la discussion puisse se tisser au fur et  à mesure. Une connaissance approfondie de l’œuvre de Bion n’est pas nécessaire; ce qui importe est de prendre plaisir à discuter le travail clinique.